Bonjour à tous,

Je me permets de vous proposer dans ces pages quelques unes de mes "productions". Il vous est loisible de les lire et de les commenter.

"Mini nouvelles" reprendra des textes courts sur des thèmes variés, une sorte de "pause-café" pour ceux qui aiment les lectures rapides.

Par facilité, je posterai le week-end et vous informerai ici des nouveautés.

Nouvelle publication du 17/09/2016 dans "Mini nouvelles" : "Vacances et plus si affinités"

Nouvelle publication du 10/06/2017 dans "Mini nouvelles, suite" : "Rite et mérite"

Nouvelle publication du 04/03/2017 dans "Tranches de vie" : "Débordée !"

Nouvelle publication du 21/01/2017 dans "Fable" : "Avent"

Nouvelle publication du 22/04/2017 dans "Réflexions" : "Et si..."

Nouvelle rubrique : "Belgicismes" : Lettre T (partie 6) (mise à jour le 31/05/2014)
 
Nouvelle page du 06/05/2017 : "Tout est permis"

Nouvelle page du 13/05/2017 : "Amour très net"

Nouvelle page du 27/05/2017 : "Le jardin"





Crée le 14/09/2013
Prénom : Delphine
Ville : Mouscron

Sites préférés :
Aucun site préféré

Échanger :
Ajouter à mes amis Ajouter à mes amis
Ajouter à mes préférés Ajouter à mes préférés
Envoyer un message Envoyer un message

Avent

 
Image du site plumedecouscous

Petit Armand reçoit son calendrier de l’Avent.

Il sourit de toutes ses dents.

« Tu peux l’ouvrir dès demain !  dit Maman

Mais attention, pas avant ! »

 

Un peu déçu, un peu mécontent,

Drôle de cadeau pour un enfant.

Il aurait préféré un autre présent

Que l’on ouvre dans l’instant.

 

Toute la nuit, il attend, impatient.

Qu’y a-t’il derrière ces minuscules battants ?

Cadeaux, bonbons, chocolat blanc ?

Il finit par s’assoupir lentement.

 

Un fois les yeux ouverts en grand,

Il dévale l’escalier, tout haletant,

Attrape son calendrier de l’Avent,

 Et en ouvre les portes avidement.

 

C’est  alors que débarque Maman :

« Mais, mon petit Armand,

Il fallait actionner un seul battant,

Se préparer à Noël, c’est ça l’Avent.

 

Encore une idée d’adulte, pense l’enfant.

On nous fait languir sadiquement

Sous prétexte de prendre les devants

Et le vingt-cinq, c’est bombance et engloutissements.

 

Moi, j’ai préféré profiter en un instant

De vingt-quatre sucreries, tant pis pour mes dents

J’attendrai jusque Noël maintenant

Pour être gâté, aimé et entouré passionnément. 



Mireille la mouche

 

Il était une mouche prénommée Mireille.

Les autres, coccinelles, fourmis, abeilles,

Insectes, avec ou sans ailes,

Se moquaient constamment d’elle

 

Rigolant de ses énormes yeux,

De son corps couverts de poils affreux,

De ses pattes velues, chaussées de bottes

Et de sa silhouette un peu boulotte.

 

Comme elle traînait sur des restes avariés,

Des crottes diverses et malodorantes,

Les autres disaient : « Quelle dégoûtante ! »

Et Mireille n’était jamais invitée

 

Aux fêtes des fleurs du printemps

Ou celles des fruits d’été,

Aux banquets des mariés

Ou pour n’importe quel événement

 

De peur qu’elle ne salisse les mets

Avec ses pattes répugnantes

Ou sème une odeur repoussante

Faisant fuir les autres invités.

 

Un jour, une affiche attira Mireille :

Une fête pour le couronnement

D’une nouvelle reine des abeilles.

La mouche se dit : « C’est sûr, je m’y rends ! ».

 

Ce soir-là, elle suivit les lucioles

Qui la menèrent à la ruche décorée

Avec des feuilles et des corolles.

Elle en était émerveillée.

 

Dans la salle du trône, elle pénétra

Et tous se retournèrent sur elle.

Sur-le-champ, la reine demanda :

« Qui es-tu, toi qui es si belle ? »

 

« Majesté, je suis Mireille. »

Des petits bruits d’étonnement

Montèrent dans la salle couleur vermeil.

Un scarabée cria : «Elle ment ! »

 

Mireille s’expliqua : « J’ai juste retiré

Mes bottes salies, mon pull tricoté

Et mes lunettes en écailles

Car ce sont mes habits de travail ! »

 

Là, un faux bourdon s’approcha,

Lui tendit une patte, la saluant bien bas :

« Accepteriez-vous de danser ?

- J’en serais grandement honorée. »

 

Depuis lors, Mireille est conviée souvent

Aux mariages comme aux enterrements

Car les autres savent maintenant

Qui elle est vraiment !

 

Il se raconte même qu’elle ait gagné

Lors d’un concours dans le pré

Le premier prix de beauté.

Belle revanche, pour une mouche jusqu’alors ignorée !




Le cygne et l’oie

 

Un cygne et une oie sauvage

Se lancèrent un défi :

Migrer est plus sage

Mais ils restèrent ici.

 

Ils désigneraient gagnant

L’animal qui aurait résisté

Jusqu’au printemps

Sans vers le sud s’envoler.

 

Lorsqu’il n’y eut plus de vers à attraper

Et que la terre commença à geler,

Nos deux compères se virent obligés

De commencer à mendier.

 

Ils se postèrent dans un parc

Dans l’attente de quelques passants.

Le cygne leur mordit le derrière,

L’oie prit un regard attendrissant.

 

Cette dernière fut emmenée

Par un couple de fermiers.

Elle nargua le cygne agacé :

« Maintenant, je suis sûre de gagner. »

 

Elle reçut nourriture en abondance,

On la força à se remplir la panse

Jusqu’à Noël égayé

Où elle finit sur la table, bien dorée.

 

Le cygne n’eut pas meilleur sort :

Son sang finit par se glacer

Et fut retrouvé mort

A peine le printemps entamé.

 

Moralité : ne changez pas votre nature.

Certains sont faits pour migrer, d’autres rester.

Suivre son instinct est plus sûr

Pour ne pas finir gelé ou dévoré.


La cigale et le termite

 

 

La cigale ayant dépensé

Pendant des années,

Se trouva fort dépourvue

Quand la crise fut venue.

 

Plus un seul petit déchet

D’oseille ou de blé.

Elle alla crier emprunt

Chez le termite son voisin,

Le priant de lui prêter

Quelque grain pour subsister

Jusqu’à la reprise espérée.

 

« C’est sûr, je vous paierai

En quatre saisons, foi d’animal,

Intérêt et principal. »

 

Le termite n’est pas prêteur,

C’est ainsi qu’il n’est jamais à court.

« Que faisiez-vous aux beaux jours ?

Dit-elle à ce débiteur.

 

- J’achetais à tout venant.

J’ai acquis notamment :

Une coccinelle décapotable,

Une puce portable,

Une souris et clapier sans fil,

Une fourmi à crocs et ongles, faciles

A acheter grâce au blé

Avancé avec grand intérêt

Par Cofineuf et Simisère,

Les deux rats de gouttière.

 

- Vous achetiez ? J’en suis fort aise.

Eh bien vendez à présent sur E lèse

A moins d’aller voir l’araignée médiatrice.

Elle fera un sort à ces caprices.

Et si la famine vous guette,

Demandez un règlement collectif de bêtes. »

La tortue

 

Un jour dans la forêt,

Une course fut organisée.

Tous les animaux devaient participer

De la souris au scarabée.

 

Une vieille tortue

Fut forcée au défi.

Elle dit toute déçue :

« Je suis trop rabougrie ».

 

Un lapin l’interpella :

« Tu ne connais pas la fable

Où la tortue gagna

Et le lièvre fut misérable ? 

 

Ton grand âge n’est pas une excuse.

Tu as quatre pattes

Si je ne m’abuse.

Tu n’as qu’à te battre. »

 

« Je n’ai pas ce tempérament.

Respecte ton aînée.

Je ne parviendrai décemment

Jamais à l’arrivée.

 

A moins que vous me laissiez

Une longueur d’avance

Voire que vous ne participiez

Me laisserait une chance. »

 

« Non, ton âge ne justifie pas

De te laisser du mou.

Il suffit je crois,

De presser tes genoux. »

 

Fâchée, la tortue prit le départ.

Le lapin, malin, accrocha

Au derrière fripé, un pétard.

Et au coup de sifflet, l’alluma.

 

La tortue, apeurée par le bruit,

Prit la tête des concurrents.

Elle hurla et émit des cris

Tout en courant.

 

C’est ainsi qu’elle franchit l’arrivée,

Encore toute effrayée,

Rouge et essoufflée,

La queue pleine de fumée.

 

« BRAVO », cria l’assemblée.

« Tu vois, tu l’as fait. »

« Mais vous m’avez forcée. »

« Non, je t’ai juste aidée … »

 

Retenez de cette fable, mes amis,

Que mettre le feu au cul

N’est ni charitable, ni gentil

Mais fait courir même les tortues.

 



[ Ajouter un commentaire ajouter un commentaire ]       [ Aucun commentaire aucun commentaire pour le moment ]


Vous pouvez me joindre par mail  : shamballa63@yahoo. fr


Rejoignez la page Facebook de mon roman :

https://www.facebook.com/pages/Jambe-en-lair/336791866442428


N'hésitez pas à partager mon blog avec vos amis via Facebook, twitter ou autre en copiant le lien

www.yagoa.fr/plumedecouscous


Une petite vidéo pour me découvrir :




A bientôt !