Bonjour à tous,

Je me permets de vous proposer dans ces pages quelques unes de mes "productions". Il vous est loisible de les lire et de les commenter.

"Mini nouvelles" reprendra des textes courts sur des thèmes variés, une sorte de "pause-café" pour ceux qui aiment les lectures rapides.

Par facilité, je posterai le week-end et vous informerai ici des nouveautés.

Nouvelle publication du 17/09/2016 dans "Mini nouvelles" : "Vacances et plus si affinités"

Nouvelle publication du 10/06/2017 dans "Mini nouvelles, suite" : "Rite et mérite"

Nouvelle publication du 04/03/2017 dans "Tranches de vie" : "Débordée !"

Nouvelle publication du 21/01/2017 dans "Fable" : "Avent"

Nouvelle publication du 22/04/2017 dans "Réflexions" : "Et si..."

Nouvelle rubrique : "Belgicismes" : Lettre T (partie 6) (mise à jour le 31/05/2014)
 
Nouvelle page du 06/05/2017 : "Tout est permis"

Nouvelle page du 13/05/2017 : "Amour très net"

Nouvelle page du 27/05/2017 : "Le jardin"





Crée le 14/09/2013
Prénom : Delphine
Ville : Mouscron

Sites préférés :
Aucun site préféré

Échanger :
Ajouter à mes amis Ajouter à mes amis
Ajouter à mes préférés Ajouter à mes préférés
Envoyer un message Envoyer un message

Image du site plumedecouscous

Adieux

 

Toute la famille s’est rassemblée autour du corps du défunt. Le père, Patrick, joint religieusement les mains. Les enfants ont allumé des bougies qu’ils tiennent devant leurs visages aux yeux rougis. Des larmes coulent le long de leurs  joues, comme la rosée sur les tulipes un petit matin de printemps. Le maître de cérémonie prend la parole :

« Nous sommes ici réunis afin de dire adieu à Gilles. Il fut pour nous un ami, toujours proche, un confident capable de nous écouter des heures durant et de garder les plus lourds secrets sans nous juger. Il y a quelques semaines, nous avons, en ce même lieu, salué la mémoire de sa compagne de toujours, Augustine. »

            À cette phrase, la petit Emilie, six ans, éclate en sanglots. Sa sœur, Charlotte, pose sa main sur son épaule et la serre contre elle, signifiant toute la compassion fraternelle.

« Depuis lors, la solitude lui pesait. Il n’était plus le même et tournait souvent en rond, sans but. Son enthousiasme s’était envolé avec l’âme de sa bien-aimée. Nous nous souviendrons toujours de ce jour funeste où nous l’avons retrouvé inerte sur le tapis du salon. Il a enfin retrouvé sa chère Augustine. Recueillons-nous quelques instants à la mémoire de Gilles. »

            Chacun baisse la tête et le silence règne quelques instants dans le lieu intimiste. Finalement la main de Patrick presse sur le déclencheur. L’eau tourbillonne au centre de la cuvette immaculée, emportant avec elle le corps de l’amphiprion ocellaris, plus communément appelé poisson clown.


Les clowns tristes

 

            « Nous sommes réunis en ce jour pour rendre un dernier hommage à Gilles. »

 

            Voici les premières paroles du prêtre, le Père Patrick, diacre à l’église Saint Genèse de Bourges. Il s’adresse à une assemblée très loin des clichés habituels de gens en vêtements sombres. Les personnes qui lui font face sont affublées de perruques vertes, rouges ou bleues, donnant l’impression d’une réunion syndicaliste la veille d’une grève générale en Belgique. Ils portent des pantalons et des vestes trop larges aux couleurs criardes, spectacle qui donnerait des sueurs froides à Jean-Paul Gaultier. Les visages sont peinturlurés et le maquillage autour des bouches dessine de faux sourires alors que les lèvres sont pincées et frémissantes. Seul un clown blanc aux larmes factices semble ne pas détoner dans la cérémonie.

            Au milieu de la nef est placé un cercueil en bois brut auquel sont attachés des ballons de baudruche gonflés à l’hélium donnant l’impression de tenter désespérément d’emporter leur lourd fardeau vers les voûtes centenaires de l’édifice.

            Après ses traditionnelles phrases d’introduction, l’homme d’Eglise invite Auguste, assis au premier rang à s’avancer sur l’estrade menant au chœur. Ce dernier monte péniblement les quelques marches, gêné par ses chaussures démesurées. Il fouille ses poches, en sort une souris blanche qu’il replace aussi sec et finit par retrouver son morceau de papier froissé. Il se racle la gorge bruyamment avant de commencer :

« Gilles était apprécié de tous. Il a commencé comme jeune clown dans le cirque familial avant de devenir le clou du spectacle. Nous nous souvenons tous de son audace et de sa bonne humeur communicative. Il adorait surprendre et surtout provoquer l’hilarité. Mais sa dernière blague nous laisse un goût amer. Pour amuser la galerie, il a jonglé avec des M&M’s. Mais un de ces bonbons est resté bloqué dans sa gorge. Comme il était coutumier à nous faire de mauvaises blagues, nous n’avons pas cru à son agonie et il a succombé. Adieu donc mon ami. Désormais tu feras rire au ciel. »

            Le prêtre remet un cierge enflammé à Monsieur Loyal. Celui-ci se lève et allume les feux de Bengale disposés autour du cercueil. Les étincelles lumineuses crépitent et font luire les yeux humides de l’assistance.

            Après les diverses lectures plus saintes les unes que les autres par le prêtre, chacun est invité à l’offrande. Suivant les dernières volontés du défunt, la chanson « A la queue leu leu » de la Bande à Basile se met à résonner dans l’édifice. Les clowns se lèvent, se placent en file indienne, les mains sur les épaules de celui qui le précède. Le défilé tourne autour du défunt. Les pièces sonnent en chutant les unes sur les autres dans le panier d’osier. Auguste reçoit une petite carte souvenir en remerciement de son modeste don, très modeste même car il a déposé un bouton de sa chemise. Il sourit à la vue de la photo de son meilleur ami en habit de clown. Il est pris d’un fou rire en découvrant au dos un bon de réduction pour un célèbre fast-food américain qui, comme tout le monde le sait, soutient la cause des clowns.



[ Ajouter un commentaire ajouter un commentaire ]       [ Aucun commentaire aucun commentaire pour le moment ]


Vous pouvez me joindre par mail  : shamballa63@yahoo. fr


Rejoignez la page Facebook de mon roman :

https://www.facebook.com/pages/Jambe-en-lair/336791866442428


N'hésitez pas à partager mon blog avec vos amis via Facebook, twitter ou autre en copiant le lien

www.yagoa.fr/plumedecouscous


Une petite vidéo pour me découvrir :




A bientôt !