Bonjour à tous,

Je me permets de vous proposer dans ces pages quelques unes de mes "productions". Il vous est loisible de les lire et de les commenter.

"Mini nouvelles" reprendra des textes courts sur des thèmes variés, une sorte de "pause-café" pour ceux qui aiment les lectures rapides.

Par facilité, je posterai le week-end et vous informerai ici des nouveautés.

Nouvelle publication du 17/09/2016 dans "Mini nouvelles" : "Vacances et plus si affinités"

Nouvelle publication du 10/06/2017 dans "Mini nouvelles, suite" : "Rite et mérite"

Nouvelle publication du 04/03/2017 dans "Tranches de vie" : "Débordée !"

Nouvelle publication du 21/01/2017 dans "Fable" : "Avent"

Nouvelle publication du 22/04/2017 dans "Réflexions" : "Et si..."

Nouvelle rubrique : "Belgicismes" : Lettre T (partie 6) (mise à jour le 31/05/2014)
 
Nouvelle page du 06/05/2017 : "Tout est permis"

Nouvelle page du 13/05/2017 : "Amour très net"

Nouvelle page du 27/05/2017 : "Le jardin"





Crée le 14/09/2013
Prénom : Delphine
Ville : Mouscron

Sites préférés :
Aucun site préféré

Échanger :
Ajouter à mes amis Ajouter à mes amis
Ajouter à mes préférés Ajouter à mes préférés
Envoyer un message Envoyer un message

Sur les traces de Victor


Image du site plumedecouscous

            Me voici bien ennuyée, dans le cadre d’un défi littéraire amical, Jacques nous demande d’écrire en rendant honneur au grand Victor Hugo. Moi, petit écrivaillon, je ne me sens pas de taille à parvenir même à l’ombre de l’ombre du grand Maître. Que faire ? Soit je me résous à ne rien proposer en faisant la morte ou la vacancière, soit je me creuse la tête et tente de pondre quelques phrases maladroites sur des thèmes qui étaient chers à Hugo tels que la nature et l’amour. Je me pose face à ma feuille blanche et attends l’inspiration. Mais, comme la sœur Anne, je ne vois rien venir. Dépitée, je décide d’interroger mon ami Google pour en savoir un peu plus sur la vie du grand Victor. Je découvre qu’il s’est exilé sur l’île de Jersey puis de Guernesey où il a enchainé des séances de spiritisme pendant lesquelles il a dialogué avec sa fille Léopoldine, morte noyée dans la Seine lors d’une balade en barque, ainsi qu’avec beaucoup d’autres personnages célèbres. Cette information attise ma curiosité naturelle.

            Je décide de passer un petit coup de fil à mon ami gothique Laurent. Il a vu tous les films sur le spiritisme et lu tout ce qui existe sur le sujet. Il m’a déjà raconté les séances qu’il organise avec ses copains. Je sais qu’il sera l’homme de la situation. Je lui expose mon projet et il est de suite emballé. Juste le temps de mettre quelques jeans noirs, des chemises à têtes de mort et ses piercings fétiches dans une valise et il est prêt à me suivre.

            Nous voici donc dans le bateau qui nous dépose à Saint Peter, sur l’île anglo-normande de Guernesey. De là, nous nous dirigeons vers les hauteurs de la ville. Je cherche une bâtisse imposante à la jolie façade blanche. Enfin, elle se dresse devant nous : Hauteville House. Une plaque à côté de la porte nous confirme qu’il s’agit bien de la maison où Victor a vécu une partie de son exil. Je sonne et me retrouve bien surprise lorsqu’une dame nous ouvre. Elle est habillée d’une longue robe noire rehaussée d’un gilet brodé couleur bordeaux. Ses cheveux frisés sont aplatis au sommet de son crâne et séparés par une raie  mais montrent tout leur volume sur les côtés. Elle semble tout droit sortie d’un roman du XIXème siècle.

            Un échange de sourires et je lui demande si on peut visiter. Apparemment, ce type de requête lui est habituel et elle nous fait faire le tour du propriétaire avec force anecdotes sur l’histoire particulière du lieu. Elle nous confie qu’elle ne dort jamais là, préférant la tranquillité d’un cottage de l’autre côté du village. En effet, la bâtisse est réputée être le lieu de manifestations surnaturelles dès le coucher du soleil. Je suis très heureuse de l’apprendre malgré la peur qui vient me titiller les entrailles. Laurent, lui, est extrêmement enthousiaste. À la fin de la visite, j’exprime mes desiderata à la gardienne des lieux qui semble hésiter avant d’accepter moyennant un petit substantiel pourboire.

            Le soleil se couche sur une mer d’huile. Lorsque les rayons rougeâtres disparaissent totalement, laissant les ténèbres nocturnes prendre possession de l’île, nous nous mettons en place. Laurent et moi nous asseyons face à un guéridon en chêne en plein milieu d’un salon dont les murs sont ornés de tapisseries bordeaux et le plafond des moulures à têtes de mort. La dame nous explique que le petit meuble a servi à Delphine Gay, connue pour avoir converti le maître Hugo aux pratiques du spiritisme. Je suis tremblante d’excitation et de frayeur. Laurent ferme les yeux et commence ses incantations lugubres. Sa voix de baryton résonne dans la pièce éclairée par une simple bougie. La flamme de cette dernière se met à vaciller alors qu’aucun souffle ne traverse le salon. Le guéridon commence à être pris de sursauts et s’élève à quelques centimètres du sol. Laurent ouvre ses paupières sur des yeux blancs et murmure : « Il est présent ! Tu peux lui parler. »

            Ma respiration est rapide et mon cœur semble vouloir sortir par ma gorge lorsque je prends la parole :

« Bonjour, Maître. Je souhaitais vous rencontrer afin de me permettre d’écrire une nouvelle digne de votre talent. Je viens chercher l’inspiration auprès de vous. Pourriez-vous m’aider ? »

            La réponse est donnée en coups frappés. Un coup vaut A, deux pour B, etc. Je reçois un « oui ». Laurent me suggère de prendre un papier et un stylo pour retranscrire les mots d’Hugo. Une idée un peu folle me traverse l’esprit. Je sors mon portable de ma poche en annonçant :

« Maître, nous sommes maintenant à l’ère de la technologie. Pourriez-vous simplement taper sur le clavier de mon téléphone ? »

            Quelques minutes de silence, des minutes interminables avant que les bips du portable attirent mon attention vers celui-ci. Des mots se mettent à défiler sur l’écran. Il s’agit d’un poème avec la fougue reconnaissable du grand Hugo. La séance dure plus d’une heure. Soudain, le guéridon retombe sur le sol et le dernier mot s’affiche « Adieu ». Je regarde Laurent, il a une tête de déterré et semble exténué. Après avoir remercié et rémunéré notre hôte, nous partons nous reposer dans un petit « B & B » du coin.

            Avant de m’endormir, je relis les mots du maître qui chantent dans mon esprit et galvanisent mon âme. Il nous encourage à faire vivre la langue française, à la respecter en évitant sa pollution par des termes venus d’ailleurs et qui font oublier toute sa richesse. Je suis persuadée que mes amis des défis seront enchantés de parcourir ces vers et croiront difficilement la façon dont je les ai récoltés. Comme j’ai hâte.

            De retour en Belgique, je sors le téléphone de ma poche, allume l’ordinateur et m’apprête à retranscrire le texte avec une certaine émotion. Mais là, impossible de retrouver la création de Hugo, je fouille les moindres recoins de la mémoire de ce foutu portable. Tout a été effacé ! C’est une catastrophe. Des points lumineux clignotent devant mes yeux. Je ferme les paupières quelques instants pour reprendre mes esprits. Aurais-je rêvé ce contact, ce don inestimable ? Le Maître serait-il revenu sur sa décision de livrer une dernière œuvre posthume ? Aurait-il eu peur que je récolte tout le mérite, moi, un quidam dépourvu de talent ?  

            Voilà donc les amis pourquoi je n’ai aucun texte à vous livrer pour ce défi. Que Dieu, Victor Hugo et Jacques me pardonnent !                         



[ Ajouter un commentaire ajouter un commentaire ]       [ Aucun commentaire aucun commentaire pour le moment ]


Vous pouvez me joindre par mail  : shamballa63@yahoo. fr


Rejoignez la page Facebook de mon roman :

https://www.facebook.com/pages/Jambe-en-lair/336791866442428


N'hésitez pas à partager mon blog avec vos amis via Facebook, twitter ou autre en copiant le lien

www.yagoa.fr/plumedecouscous


Une petite vidéo pour me découvrir :




A bientôt !